BCE , Les cinq raisons pour lesquelles Mario Draghi agira le jeudi 10 mars

BCE , Les cinq raisons pour lesquelles Mario Draghi agira le jeudi 10 mars

(DailyFX.fr) BCE : Les cinq raisons pour lesquelles Mario Draghi agira le jeudi 10 mars

La Banque Centrale Européenne (BCE) tiendra ce jeudi 10 mars sa deuxième réunion de politique monétaire de l’année 2016. Voici les raisons pour lesquelles Mario Draghi devrait agir lors de cette intervention.

Mario Draghi l’a annoncé

Lors de sa précédente réunion, tenue le 21 janvier dernier, Mario Draghi et le comité de politique monétaire de la BCE ont opté pour un statu quo, maintenant le niveau actuel des taux directeurs de la banque centrale, en laissant inchangé le montant de ses injections mensuelles dans le cadre du programme de rachats d’actifs (quantitative easing) à 60 milliards d’euros. Toutefois, le président de la BCE prévenait le parterre de journalistes présent à Francfort : l’institution monétaire dispose d’encore plusieurs cordes à son arc pour contrer le risque déflationniste ainsi que la faible reprise, et agira en mars.

Par ailleurs, depuis son intervention de janvier, l’évolution des prix en Zone Euro s’est dégradée. Alors que l’on s’attendait à une – légère – reprise inflationniste depuis le rebond apparu en octobre, le taux d’inflation est retombé en territoire négatif au mois de février, à -0,2%, son plus bas niveau d’un an. Ainsi, Mario Draghi devrait revoir à la baisse ses prévisions d’inflation, alors que l’objectif de la BCE est un taux d’inflation proche de 2%.

Taux d’inflation mensuel en Zone Euro en glissement annuel :

Le retour d’une croissance élevée en Zone Euro fait également partie des principaux objectifs de la BCE. Toutefois, la reprise économique ne s’affirme pas, et ce malgré la politique de « taux zéro » de la banque centrale, ainsi que le lancement de son programme de rachats d’actifs. Malgré un faux espoir apparu au deuxième trimestre 2015, avec un taux de croissance atteignant 0,5%, le PIB européen plafonne sous le seuil à 0,3% depuis le troisième trimestre 2015, soit son plus bas niveau depuis l’été 2014. Mario Draghi pourrait ainsi revoir ses prévisions de croissance à la baisse.

Taux de croissance en Zone Euro en glissement trimestriel :

Ralentissement des économies émergentes

De même, le ralentissement de l’économie chinoise, et des autres économies émergentes, continue de peser sur la balance commerciale européenne. Les dernières statistiques macro-économiques ont confirmé l’hypothèse d’une décélération économique de l’un des principaux partenaires commerciaux de la Zone Euro. Au troisième trimestre 2015, le taux de croissance chinois est passé pour la première fois sous la barre des 7%. De la même façon, l’indice PMI de l’activité manufacturière se maintient sous le seuil à 50 séparant la zone indiquant une expansion de celle signalant une contraction.

Taux de croissance trimestriel chinois en glissement annuel :

Les bourses européennes dans la tourmente

Dans ce contexte, les principales bourses européennes ont pâti de ce climat d’aversion au risque. Du 3 décembre, date de la dernière intervention de la BCE de l’année 2015, au 11 février, l’indice CAC40 a perdu près de 18%, pendant que l’indice paneuropéen Eurostoxx50 cédait près de 20%. Malgré une phase de stabilisation qui a suivi, les marchés boursiers restent fragiles, et étroitement liés à l’évolution des craintes relatives au ralentissement chinois ainsi qu’à celle des prix du pétrole. De même, Mario Draghi a récemment déclaré suivre de près la volatilité des marchés financiers provoquée notamment par les risques géopolitiques. Les marchés actions semblent ainsi attendre un coup de pouce du patron de la BCE.

En conclusion’

La BCE devrait selon toute vraisemblance agir jeudi prochain. Le consensus anticipe une augmentation de 10 milliards d’euros du QE et une extension du TLTRO pour la politique monétaire non-conventionnelle, et envisage dans le même temps une baisse du taux d’intérêt de dépôt à -0.4% pour la politique monétaire conventionnelle. Toutefois, Mario Draghi annonçait le 3 décembre dernier une nouvelle baisse du taux de dépôt provoquant, paradoxalement, un mouvement acheteur sur l’euro et vendeur sur les indices européens. Rien ne prédit ainsi à ce stade la réaction du marché suite à cette intervention.

Yoav Nizard, Analyste Junior pour DailyFX.fr

Suivez-moi sur Twitter : @YoavNizard

Suivez mes points de marché quotidiens à 10h30 et 17h30

Laisser un commentaire