Le vrai pouvoir de l’OPEP sera révélé au cours du 1er trimestre 2017

Le vrai pouvoir de l'OPEP sera révélé au cours du 1er trimestre 2017

Le vrai pouvoir de l’OPEP sera révélé au cours du 1er trimestre 2017

Par Tyler Yell, Analyste Devises et Jeremy Wagner, Instructeur de trading en chef pour DailyFX.com

Points de discussion :

Les intentions de l’OPEP seront confrontées à la production de schiste au 1er trimestre 2017

Les positionnements haussiers augmentent suite à l’accord de l’OPEP (CFTC) en fin d’a

Pour les traders qui aiment réduire les marchés à un jeu entre l’offre et la demande, le marché du pétrole au 1er trimestre de 2017 devrait représenter leur Coupe du monde. À l’approche de la nouvelle année, l’OPEP et les pays non membres de l’OPEP limiteront l’approvisionnement en fonction des quantités approuvées. Au vu de cette intention, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) déclare que l’action récente de l’OPEP placerait le marché du pétrole dans un déficit d’approvisionnement. Ce déficit serait créé par un mélange de demandes constantes associées au respect des engagements pris par l’OPEP et autres producteurs de réduire la production à partir du 1er janvier. La perspective de la demande constante a été soutenue par des baisses constantes de stocks rapportées par le Département de l’énergie alors que les hausses de stocks prévues étaient sans cesse confrontées aux baisses réelles de stocks en fin d’année 2016.

À Vienne, l’OPEP a annoncé qu’elle prévoyait une réduction d’environ 600 000 barils au cours de la première moitié de 2017. En même temps, l’AIE a également augmenté sa prévision de demande mondiale en pétrole en 2017 de 100 000 barils par jour, en précisant que la consommation est susceptible d’augmenter de 1,4 % jusqu’à 97,6 millions de barils par jour. Mi-décembre, alors que les producteurs non membres de l’OPEP tels que la Russie, le Mexique et les autres s’alignaient au côté de l’OPEP pour aider à équilibrer le déséquilibre causé par le surplus, le ministre saoudien du Pétrole Khalid Al-Falih a affirmé lors de la conférence de presse après la réunion à Vienne qu’il est disposé à réduire la production saoudienne même au-delà de la réduction déjà promise. L’OPEP a accepté de réduire la production de 1,2 million de barils par jour dès l’année prochaine avec l’Arabie Saoudite, la réduisant jusqu’à 486 000 barils par jour.

Avec l’évolution de l’équilibre entre l’offre et la demande prévue par l’AIE,beaucoup observeront la production de schiste américaine pour voir s’ils peuvent invalider une grande partie de ce que l’OPEP essaye d’accomplir.

La façon dont les producteurs américains réagissent et influent sur les marchés mondiaux du pétrole peut être déterminée alors que le marché se fait une meilleure idée de la manière dont la politique énergétique du Président élu ainsi que la manière dont les membres de l’OPEP et les non-membres consentants respectent l’engagement de réduction. Dès la mi-décembre, les spéculateurs en pétrole ont ajouté plus de positions longues pour s’adapter aux niveaux les plus hauts depuis fin octobre. Les données de positionnement des investisseurs ont montré un accroissement de +45 % dans les positions longues .Pour soutenir ce niveau élevé de positionnement des investisseurs et en conséquence des prix du pétrole, les investisseurs devront alors probablement rester convaincus que l’accord demeure crédible avec la confirmation des réductions au cours des premiers mois de 2017 lorsque les données d’exportation/production seront publiées et que le nombre de puits américains n’augmentera pas trop rapidement.

Dernièrement, alors que plus d’un s’attendaient à une hausse agressive des prix, il convient de noter que l’OPEP ne visait pas particulièrement des niveaux de prix plus élevés, mais plutôt un équilibre du marché. En conséquence, nous pourrions assister à une augmentation de la production si on prévoit une reprise de la demande ou si on voit que les sociétés d’exploration et de production américaines prennent trop de parts du marché, ce qui limiterait la hausse potentielle.

Données techniques : le prix du pétrole brut consolide les récentes hausses

Le cours du pétrole brut continue d’avoir le vent en poupe bien que nous prévoyions des négociations latérales au cours du 1er trimestre avec l’éventualité d’une dérive à la hausse plus tard dans l’année. Le cours du pétrole brut peut se maintenir pendant une grande partie du trimestre entre 40 $ et 57 $.

Le cours du pétrole brut a réagi positivement à la moyenne mobile simple sur 200 jours en rebondissant au-delà de la limite deux fois au cours du trimestre précédent. Cet état des choses entraine sept rebonds réussis au cours des 19 derniers mois.. Maintenant que la moyenne mobile tend vers le haut, les prix auront plus de difficultés à se maintenir au-dessus. Ne soyez pas surpris de voir une fausse cassure en-dessous de cette limite au cours du 1er trimestre.

Nombre de schémas techniques sont incomplets.Cependant, cela n’empêche pas un fléchissement des prix. Si la moyenne mobile simple sur 200 jours ne peut pas se maintenir, alors attendez-vous à ce que les prix testent le sommet du nuage d’Ichimoku hebdomadaire à près de 43 $ (non présenté).

Le niveau principal à surveiller pour les haussiers se situe autour de 40 $. En-deçà, le marché court le risque d’une liquidation importante. Tant que les prix se maintiennent au-dessus de 40 $, la porte est ouverte pour des opérations latérales et éventuellement plus élevées.

Graphique journalier du cours du pétrole brut

Graphique journalier du pétrole créé par Jeremy Wagner, Instructeur de trading en chef avec Trading View Charts sur DailyFX.com

DailyFX possède d’autres prévisions trimestrielles pour les marchés tels que les actions, l’or, l’USD, l’EUR, le JPY, le GBP. Téléchargez votre copie ici.

Laisser un commentaire